Les dix commandements du Ramadan.

Nous avons, K.A, un responsable américain, ami, et moi, pénétré dans la vieille hutte de M.S. Elle n’avait plus que la peau sur les os. Un pauvre cadavre qui s’exprimait encore. J’eu du mal à distinguer ses yeux, ou ce qui en restait, enfouis dans les caves noires des orbites desséchés et assombris par l’ombre du trépas.

Je lui demandai comment elle allait et je fus surpris par la clarté et la lucidité de sa réponse: “Cousin, je ne souffre de rien. Je n’ai ni fièvre, ni  douleur. Seulement depuis plusieurs jours, je ne mange que du riz et du sel.

La gorge serrée de tristesse et d’impuissance , je la regardais fondre. Mon inquiétude monta d’un cran, quand je vis le visage sombre de l’américain. Ses joues avaient viré au rouge écarlate. Des flux d’inquiétude ondulaient sur son visage. Sa barbe couleur de blé, contrastait douloureusement avec la touffe de cheveux jaunie de poussière de la femme. Si elle était encore maitresse de ses décisions, aucun homme au monde, autres que ses plus proches, n’aurait pu voir cette chevelure.

  1. A se leva brusquement, me disant: “Nous allons à L…chercher de la nourriture.

Sa puissante Hilux, plia la distance en quatre et deux heures plus tard, nous étions de retour. De la viande, des sardines, des haricots secs, une grosse pastèque et des “biscuits Sarakolés”. Nous sautâmes en même temps de la voiture, étranglés par la même inquiétude. Mais M.S, avait rendu l’âme. Je ne pouvais savoir que pour un laps de temps j’ai été le cousin meurtri d’un ex être humain, qui se préparait à rencontrer le Seigneur des mondes.

K.M ne parlait pas. Ses pupilles, qui rappellent celles d’un chat sauvage, s’étaient rétrécis et ses yeux bleu-marine,  avait viré au gris sombre de la tristesse et de la douleur. L’atmosphère était lourde de chagrin et de consternation.

Une étrange colère me prenait à la gorge. Si seulement j’avais pu  verser une larme ! ça m’aurait fait du bien certainement.

Avec la pénombre qui envahissait l’horizon au crépuscule de ce jour là, en cette année là, dans ce village isolé, là; je pu assister à la mise en terre du pauvre corps, asséché par la faim et les privations. Les restes d’une citoyenne, qui a vécu au milieu d’une humanité, qui n’a d’humain que l’imitation, les relents de la mystification et la force de propagande.

Après sa mort, elle a laissé un héritage témoin : une carte d’identité nationale attestant d’une appartenance, à laquelle rien n’a jamais appartenu.

De retour du cimetière, je marchais à coté d’un  homme, à l’air débile, qui répétait sans discontinuer : يا ويلهم من الله., (Malheur à eux, de la colère d’Allah)

Ce soir là, j’eu la certitude, que seule la mort était La Certitude. Tout le reste n’est qu’illusions.

L’humanité est un grade que beaucoup d’humain n’atteindront jamais de leur vie.

Quelques jours plus tard, c’était l’avènement du ramadan.

A cette occasion, Je voudrais dire aux esprits négateurs : “Rappelez-vous, vous n’êtes  qu’une âme. C’est-à-dire vous êtes ce que vous ne cernez pas.”. ” Ils t’interrogent (sur la nature) de l’âme. Dis-leur: “L’âme relève du mystère de mon Seigneur. Il ne vous est donné qu’une partie très infime de la science” 17-85.

”     “هل تنصرون و ترزقون إلا بضعافكم

“Croyez-vous obtenir un support (de Dieu), ou une subsistance que par la compassion et l’aide à vos pauvres ?”

Et pensez-vous que le temps a le temps d’attendre que vous ayez assez de vos écarts, pour continuer son chemin ?

Par la cupidité, la saisie et l’annexion de la subsistance des nécessiteux et des faibles, vous  vous convertissez au mal.

Insituable, l’âme est là et vous comptabilise. Supprimez le bras, la jambe, les doigts,  greffez un cœur, des reins un foie. Elle est en vous, sans être en vous. A l’affut, elle capitalise vos actions. Et en secret,  elle vous prépare “l’atterrissage”, la chute inévitable, la tombe…où tout être “tombera” tôt ou tard : La certitude. اليقين

Des corps robustes s’effondrent, sans préalable inertes, comme s’ils n’avaient jamais vécu!! L’âme s’est éclipsée !! On  ne saura jamais d’où elle est sortie où elle était et par où elle s’en est allée.

Seul Dieu sait !! et Seul, Lui juge !!

Soignez vos âmes et assainissez vos actes.

Les peines et les douleurs des sinistrés s’accumulent comme des nuages. Et comme des nuages, elles pleuvront surement de circonstances terribles et effrayantes.

Vous vous agrippez au “tard” plus qu’au “tôt”. Vous calculez mal, car le tard est avalé sans discontinuer, par les nuits et les jours. La vie n’est pas éternelle. Vous êtes emportés par un torrent fougueux, sans le sentir, ni le savoir.

L’amour, la compassion et la miséricorde ne se vendent ni ne s’achètent. Protégez-vous contre la dureté des jours par le Rampart de bonnes actions. Vaccinez vos enfants contre le mal. Demain,  peut être il sera tard.

“Vois-tu donc si nous leur accordions plusieurs années de jouissance, après lesquelles le châtiment promis s’abattrait sur eux, à quoi leur servirait alors le répit dont il auraient jouir ? “26-205,206 et 207.

Le trépas est un point final, qui vous enverra en majuscule ou en minuscule sur l’autre rive, de l’autre côté de la barrière.

L’une des nuits de ce mois, est un rendez-vous, où, des anges  descendront sur terre. Ils marqueront ceux qui vont partir. Exactement comme les bêtes programmées pour l’abatage. L’ange de la mort passera à coté des rescapés, échelonnés pour le convoi suivant…Le prochain ramadan…Encore un sursis. Mais jusqu’à quand ? Tout ce qui vient, arrivera…

Dans quelques jours, tout le monde aura diminué d’un cran, amputé d’une mesure d’existence.  Président moins un morceau de présidence, ministre moins une tranche du “ministériat”,  homme important moins quelques litres d’importance. Applaudisseur moins quelques cuillerées d’énergie. Une diminution qui peut être la dernière.

Voyez les grands hommes qui ont quitté depuis le ramadan passé. Ont-ils eu la permission de faire les adieux? Même pas le temps de porter des sous vêtements, emporter une gourde ou quelques provisions…

Sont-ils “concrétisables” ou “ramenables” aujourd’hui? Et combien Dieu a décimé de civilisations avant eux, car nous ne sommes que la suite d’un cortège inflexible et inexorable, qui s’engouffre, sans discontinuer, dans le trou noir, à sens unique du néant transcendantal et insondable..

Combien de générations (de négateurs) avons-nous décimées avant eux! Peux-tu en déceler une âme qui vive, ou en entendre le moindre bruit?.” Maryam-98.

Ceux qui sont perdus de l’autre coté et que rien ne peut plus secourir ici bas, avaient mis le livre derrière le dos :

-Ils ne nourrissaient pas le pauvre, ne gratifiaient en rien les orphelin, ils aimaient les biens à la folie. Ils étaient fous de leur folies jusqu’au moment ou les aiguilles s’arrêtèrent…

Tout leur a glissé entre les mains. exactement comme une anguille. Ils sont passés du “tout” au “rien”, enlacés par les bras de l’oubli et le baiser aigre-doux de l’insignifiance.

Ils ont fait fi des dix commandements de Dieu, que le prophète leur énuméra disant:

Dis : “Venez que je vous énonce ce qu’Allah vous a ordonné : ne Lui associez pas de faux dieux, traitez vos pères et mères avec aménité, ne tuez pas vos enfants sous prétexte d’indigence – c’est Nous qui pourvoyons à votre subsistance et à la leur – n’approchez point la turpitude manifeste ou cachée et n’attendez guère à la vie qu’Allah a rendue sacrée, sauf pour une juste raison. Voilà ce qu’Allah vous a commandé, pour que vous soyez raisonnables.” “Avant que l’orphelin ne devienne majeur, ne touchez à ses biens que selon le bon usage, donnez juste mesure et bon poids; à l’impossible nul n’étant tenu, soyez justes dans vos témoignages, fut-ce à l’égard de vos proches et respectez toujours le pacte d’Allah. Voilà ce qu’Allah vous a commandé pour que vous EN soyez conscients.”

Il est bien difficile pour un fidèle, aujourd’hui, le regard droit dans le regard acerbe de la vérité, de prétendre avoir respecté un seul de ces commandements de Dieu?. Allah a dit : “Comment espérez-vous être pieux, tout en demeurant mécréants? 17-73.

1-Qui n’a pas adoré les idoles humaines ou inanimées ? qui n’a pas fait de ses gourous humains des dieux qui tuent et font vivre? Célébration collective du charlatanisme et de l’association à Allah.

2-Qui respecte aujourd’hui le droit aux parents ?

3-Combien de centaines d’humains a-t-on anéantis, dans la discipline de la nouvelle logique : “Que vive le fort et que crève le faible.“?

4-Y-a-t-il encore un respect pour la vie humaine sur cette terre ?

5-Y-a-t-il un endroit atteint par la parole divine, qui ait échappé à la lubricité, au libertinage et a la luxure ? Ces fruits murs de la turpitude et du despotisme de l’immoralité tyrannique intentionnelle et délibérée?

“L’homme est en vérité vaniteux égoïste et ignorent.”

6-y-a-t-il encore une seule âme, ayant une quelconque responsabilité, qui peut démontrer vivre sur autre chose que l’illicite des biens spoliés d’autrui, pauvre, veuve ou orphelin?

7-Le témoignage sous toutes ses formes et dans tous ses dits et non-dits, n’est-il pas devenu le moyen le plus sur et l’arme la plus efficace, pour accorder les victoires spectaculaires du faux sur la vérité et du mal sur le bien?

Le pacte de Dieu a été vidé de sa signification et converti en slogans simulateur d’ hypocrites et renégats qui couvrent les carcans du satanisme en psalmodiant et en fredonnant les hymnes du salut, de la droiture et de la foi.

Bientôt, commencera-le jeûne. Les pensées les plus sincèrement confuses, vont aux rayons achalandés des marchés, aux fruits assaillant le pays de partout, aux soupes aromatisées et soigneusement préparées depuis dès un peu après l’aube par des femmes appliquées et expertes en la matière. Des viandes fumantes et des soirées orgiaques et interminables autour de films, de facebook, de médisances ou de feuilletons douteux.

Le jeûne à l’ origine signifiait abstention de plaisirs qui pervertissent et pensée solidaire avec les pauvres qui mangent peu, ou qui meurent de faim.

Il serait pourtant facile de remarquer que sur ces couverts fumants et alléchants, plane l’ombre, de larmes de vieillards abandonnés de femme démunies ou d’orphelins. Une mixture de tous ces malheurs, concoctés  par un système de classes, de couches sociales, d’ordres divers, de clivage, de lois tortueuses et oppressives, qui permettent en sourdine de promettre à Dieu tout en dansant sur l’hymne des tambours de Satan.

Priver au lieu de se priver est un jeu d’échec avec le Seigneur perdu d’avance.

Une autre vérité non moins essentielle est que quand on pense faire passer la filouterie pour une adoration, on se trompe en croyant tromper Dieu.

Une synthèse de ces deux faux calculs : est que “Ceux qui ont oublié Allah, Allah leur a fait oublier leur propres âmes.”

Paix à l’âme de ma cousine, pour un instant, M.S, dont je n’ai connu et gardé de l’histoire que le spectre gravé dans ma mémoire et dans ma conscience d’une relique humaine; une vision lugubre, qui me poursuivra toute la vie. Les larmes scintillantes dans les yeux d’un ami américain.

Ce spectre reviendra chaque ramadan, dans mon esprit, ces larmes de rage, qui maudissent l’exclusion de l’humain par son semblable.

Allah est Bonté et ses envoyés sont miséricorde.

Sachez que des rêves se réalisent, d’autres chancellent, certains sont en attente pour des hommes et des jours meilleurs. Comme vous veillez sur votre dignité, veillez sur la leur : “Les jours s’alternent entre les gens.” En bien et en mal.

Faites largesse de ce qu’Allah vous a confié pour un temps.

Le mal et les circonstances passées ne doivent pas barrer la route aux espoirs. Demain est un autre jour.

Veillez aux relations de bonne entente, de fraternité, de solidarité et d’entre-aide. “Un fort au complet” est plus fort qu’un “fort à demi.”

Et un bonheur non partagé est un jus méphitique d’une  souillure d’avarice et d’égoïsme.

Le pauvre d’Allah ne se découvrira pas; et vous êtes les perdants.

“Le jour où leurs langues, leurs mains et leurs pieds témoigneront contre eux de ce qu’ils faisaient.” 24-24.

Qu’Allah comble de ses grâces, tout homme et toute femme qui remercie les bienfaits d’Allah en tendant la main à Ses faibles créatures et en respectant leur handicap. Amine.

Mohamed Hanefi. Koweït.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: