Archive for February, 2016

Les sommations d’Allah

February 22, 2016

Mohamed Hanefi – Saad ould Louleid est exclu du mouvement IRA. Bonne nouvelle pour certain, mauvaise nouvelle pour d’autre. Est-ce une nouvelle ou une fraction de fracture de nouvelles? Une étincelle fugitive d’un brasier qui couve sous les cendres?

C’est ce que je vais essayer d’aborder dans ces lignes. Le pays se morcelle et se désagrège à la vitesse de la lumière.

L’histoire retiendra, l’histoire n’oublie pas, que ce pays a été sacrifié pour des histoires de bouffes, de bas ventre de vantardises, d’entêtement et de briques rongées par l’érosion saline. L’histoire a, la mémoire tenace.

Ce n’est pas du tout une histoire d’esclavage, de Saad ould Louleid, ou de Biram ould Dah. Cet esclavage, qui a fait couler des océans d’encre, n’est en fait qu’un petit paragraphe, d’un parchemin long et large qui a jalonné les relations scabreuses, souvent immorales, qui ont prévalu entre les composantes de la Mauritanie. Entre elles et parfois au sein de la même composante. Une philosophie relationnelle basée sur l’anéantissement de l’autre pour se faire valoir et être exclusivement celui qui doit être.

Affamer et exploiter l’autre pour assouvir sa faim d’arrogance, de supériorité et pour se repaitre d’une grandeur et d’un privilège qui rapetisse la vertu et égratignent la morale.

Voilà la triste réalité que personne ne veut ni voir ni comprendre.

Le crime plus grave consiste à essayer sans cesse de polluer la religion avec ces injustices qu’elle n’a cessé de prohiber en filigrane dans toutes les pages du livre sacré.

Si ce sont les biens de ce pays qui font saliver tous les belligérants de cette épopée sans fin, l’ordre d’Allah a été clair en ce qui concerne les biens des musulmans. Si nous sommes musulmans bien sur. Au temps ou les butins étaient arrachés au fil de l’épée et du glaive, il a été ordonné au prophète de distribuer équitablement cette subsistance à tous: “Le butin provenant (des biens) des habitants des cités, qu’Allah a accordé sans combat à Son Messager, appartient à Allah, au Messager, aux proches parents, aux orphelins, aux pauvres, et au voyageur en détresse, afin que cela NE CIRCULE PAS SEULEMENT ENTRE LES RICHES D”ENTRE VOUS. Prenez ce que le messager vous donne et ce qu’il vous interdit abstenez-vous en. Et craignez Allah, car Allah est dur en punition.”59-7

Combien de mauritaniens profitent de cette manne que le Gouverneur de l’univers a confié aux entrailles de cette terre commune?

Plus grave !! Ceux qui n’en profitent pas et malgré leur résignation au sort injuste infligé par ceux-là mêmes qui devaient les encadrer et les gérer avec justice et compassion, sont soumis à l’humiliation de leur raison d’être. Les biens de Dieu, s’ils n’ont été thésaurisés dans les comptes sourds muets et aveugles, sont dépensés pour les futilités ou pour les exclure et les confiner dans les marécages de la bassesse et de la misère.

Honte à nous!!

Sommes-nous à ce point gouvernés par Satan et ses troupes?

Allah n’a-t-il pas dit que “…A ceux qui thésaurisent l’or et l’argent et ne les dépensent pas dans le sentier d’Allah annonce un châtiment douloureux. Le jour ou ces trésors seront portés à l’incandescence dans le feu de l’Enfer et qu’ils en seront cautérisés, front flanc et dos. Voici ce que vous avez thésaurisé pour vous-mêmes. Goutez de ce que vous thésaurisiez.” 9-6 et 7

L’esclavage est plutôt collectif. Les quatre vingt quinze pour cent des mauritaniens sont esclaves. Esclaves d’abord d’une boulimie inassouvissable de biens qui risque d’avoir de très graves conséquences sur la stabilité sociale. Ceux qui ont laissé la peau et les plumes sur les bancs des universités et qui se retrouvent dans les rues sont esclaves. Ils fuient le pays vers l’inconnu. Ceux qui sont rançonnés par des impôts, bien au dessus de leurs maigres revenus sont esclaves. Ceux qui n’avancent jamais dans leurs fonctions, parce que n’étant pas épaulés par une tribu ou une bande solide, sont esclaves. Les malades qui meurent, parce que n’ayant jamais profité d’une ouguiya du butin national sont esclaves. Ceux qui ne peuvent jamais obtenir un droit dans l’administration, parce qu’appartenant à la race des “poids légers” sont esclave. Ceux qui, ignorants du plus simple de leurs droits, sont manipulés par les discours politiques, sont esclaves.

Les esclaves sont esclaves.

Le jeu est démystifié depuis longtemps.

Etre responsable, opposant, prêcheur ou intermédiaire dans ce pays, vise une chose et une seule chose: asservir les autres et les plier à ses plaisirs et à sa convoitise insatiable.

Les mauritaniens chassés au Sénégal en 1989, ont été victimes de cette fièvre contagieuse de déposséder pour accaparer. Rien d’autre. Pourtant le coran dit :“Quoique ainsi engagés, voilà que vous vous entretuez, que vous expulsez de leur maisons une partie d’entre vous contre qui vous prêtez main forte par péché et agression. Mais quelle contradiction! Si vos coreligionnaires vous viennent captifs vous les rançonnez, alors qu’il vous était interdit de les expulser (de chez eux). Croyez-vous donc en une partie du livre et rejetez-vous le reste ?” 2-85.

Tout se dégrade quand on s’éloigne de la foi, de la raison ou du bon sens. Responsables mauritaniens et africains en général, vous êtes sur cette planète en transit, ne pensez pas pouvoir en faire une résidence.

Vous êtes manipulés et contraints par une volonté incomparable à la votre. Vous êtes conduits et non conducteurs. Ressaisissez-vous pendant que vous en avez le choix.

Vous vous estimez grands et puissants. C’est ridicule. Si l’exemple de ceux qui ont occupé vos fauteuils et vos palais et qui sont devenus des histoires, ne suffit pas à vous ramener à la raison. Réfléchissez un peu au sort des grandes créatures qui ont occupé la planète avant votre passage bref, dérisoire et désuet dans cet univers.

Il y a 65 millions d’années, un astéroïde d’un rayon de seulement dix kilomètres environs, a percé l’atmosphère terrestre à une vitesse six fois supérieure à celle de la lumière. L’impact a été d’une violence telle que la surface de la terre en a été défigurée définitivement. La déflagration de l’impact, les radiations incommensurables dégagées par l’énorme boule de feu, et les vapeurs de l’océan en fusion sous la chaleur inimaginable, estimée par les savants à l’équivalent de dizaines de bombes atomiques, ont mis fin à l’ère des grands reptiles et des dinosaures, pour préparer la place à l’ère des mammifères, dont nous, les mauritaniens faisons partie avec nos animaux domestiques et nos petits carnivores.

Les savants, héritiers des prophètes, n’ont hérité d’aucun bien matériel. Aucun prophète, n’a possédé de biens, pour les laisser en trésor à quiconque. A part la sagesse et la bonne parole d’Allah, qui sont le bien véritable. Et Dieu l’a dit : “Il donne la sagesse à qui Il veut. Et celui à qui la sagesse est donnée, vraiment, c’est un bien immense qui lui est donné. Mais les doués d’intelligence seulement s’en souviennent.”2-269.

Saad ould Louleid sur la chaine Wataniya et avant lui les abolitionnistes de toutes époques, ont compris: qu’il est plus sage de changer, que d’être changés par des forces et des volontés, venus d’autres cieux.

Un repas frugal, partagé avec les siens et les voisins, vaut mieux que mille festins dégustés dans l’inquiétude, la méfiance et la peur.

Mépriser les autres est un investissement qui a travers l’histoire a toujours été un boomerang qui fait plus de mal au retour qu’à l’aller. Le prophète de l’islam (psl), n’a méprisé personne. Même ses pires détracteurs. Il n’a pas amassé les biens, qui pourtant pleuvaient à ses pieds, comme des feuilles d’automne. Il sortait en pleine nuit tenaillé par la faim. L’aimer et le suivre, supposent donc un certain détachement des plaisirs de ce monde et de ses attractions. Comme Dieu fourni aux bienfaisants une Baraka d’une porte spéciale, Il lui a donné en récompense ces millions de langues qui prient pour lui, ces millions de millions d’être humains, qui se lèvent aux premières lueurs de l’aube; quelle que soit la saison et quel que soit la température, affluant vers les mosquées pour célébrer et glorifier son message et ses vertus jusqu’au jour ou Dieu héritera de la terre et de ce qu’il y a au dessus d’elle.

Merci nous n’avons pas besoin de controverse politique, ni de polémique philosophique. Nous voulons un retour à la raison et un respect de notre citoyen quel que soit sa couleur ou son origine.

Nous ne voulons ni routes, ni aéroports, tant que nous n’avons pas mis de l’ordre dans le désordre pernicieux et chronique qui a volé le sommeil national et réduit nos concitoyens à l’état d’une matière première qui ne sert qu’à fournir un alibi à la contraction de crédits (qui seront un jour inévitablement une arête au travers de la gorge du pays. Si ce n’est sa confiscation pure et simple laqaddarallah) et un passe droit pour les élus qui après maints sermons et maintes caresses doucereuses, s’installent sur le piédestal de notre calvaire.

A quoi servent les routes, les aéroports, Les hôtels et les infrastructures de gros calibre, quand le citoyen moyen ne peut rêver de se payer un âne? Et que représente d’ailleurs un aéroport pour une charrette made in Sebkha? Est-il plus raisonnable de construire le pays pour et à la mesure du citoyen ou de se servir du citoyen pour les démonstrations douloureuses qui ne feront que le rapetisser dans un milieu ou il n’a plus sa place?

Comment construire un pays quand ses citoyens n’ont plus qu’une chose en tête : se nier les uns les autres?

Ceci est un défi et un manque de respect manifeste à la volonté divine. C’est la responsabilité directe du dirigeant.

La Mauritanie doit vider ses prisons de tout homme et de toute femme qui réclame ses droits et le respect de sa dignité.

Quand tout individu dans une société jouit de tous ses droits, on peut lui réclamer à ce moment et à juste titre de respecter tous ses devoirs.

L’égalité et la justice génèrent l’amour et le respect entre les citoyens. Sinon il faut craindre et à raison cette sommation du Seigneur de l’univers : “Allah donne en parabole une cité : Elle était en sécurité, tranquille; sa part de nourriture lui venait de partout en abondance. Puis elle se montra ingrate aux bienfaits d’Allah. Allah lui fit alors gouter la violence de la faim et de la peur (en punition) de ce qu’ils faisaient.”16-112.

Remercier Allah que vous ne vous réveillez pas sur les déflagrations de bombes et que le matin dans vos voitures ou vos bus vous n’êtes pas obligés de vous frayer un chemin au milieu d’un champ de désolation jonché de cadavres et de plaintes de mourants.

Remerciez Dieu par le respect de ses créatures et l’obéissance à ses ordres. Aucun bien, ni aucune force ne vous sauvera de sa colère. La reconnaissance exprimée à Dieu, multiplie ses grâces et évite son courroux.

Allah ne fait de tort à personne et ne permet à personne de faire de tort à ses créatures. Il donne le délai, mais ne néglige jamais.

Ceci n’est qu’un rappel. Le rappel profite aux croyants.

Mohamed Hanefi. Koweït.

 

Commentaires (13)

  • Gorkovitch (H)21/02/2016 21:45X

    Mais au juste que veut Notre professeur agrégé en “ès clivageologie” & “extégristologie” avec option en digression gaggiolienne tel le professeur Occultis dans la BD “Blek Le Roc”Voir plus

  • ndjamdi (H)21/02/2016 14:20X

    Oui ceux qui mentent au nom de d’ALLAH sont certe tres élocant mais le mensonge est un mensonge. Celui qui n’a pas pu trouvé une offense a notre seigneur -Quant des centaines deVoir plus

  • Brahimsidi (H)21/02/2016 12:45X

    Cher frère HANEFI Tous dans ce pays et particulièrement ceux qui vous lisent n’ont qu’admiration et respect pour vous et il ne faut surtout pas tomber dans le jeu des aigris. AinsiVoir plus

  • mohamed hanefi (H)21/02/2016 02:58X

    Ce monsieur m’a fait entendre, il y a un certain temps, sur les pages de ce site, que nous étions camarades de classe. De derrière son pseudo je l’avais cru malheureusement. IntriguéVoir plus

  • Ksaleh (H)20/02/2016 17:49X

    @Hanefi, s’il vous plait, je vous conjure de ne pas répondre à @Gorkovitch, qui n’est plus dans les règles et l’art du débat, car il devient offensant. @Gorkovitch, j’ai cruVoir plus

  • Gorkovitch (H)20/02/2016 17:12X

    @hanefi!@ HAAHH (***)! Maintenant on se met en colère et on profère des menaces. je ne te savais pas si basque ça. Tu es en dessous du Chien de Pavlov. Sache que la Seule JusticeVoir plus

  • beydutam (H)20/02/2016 14:00X

    @hanefi et les mauritaniens authentiquement autochtones, déchus de leur nationalité, déportés au Sénégal et au Mali, qu’en disent tes sommations d’Allah. Ceux rapatriés toutVoir plus

  • collins (H)20/02/2016 13:07X

    La guerre de leadership dans les rangs du mouvement abolitionniste IRA fait rage, il y’a ceux qui pensent que IRA doit rejeter tous celui qui prônent le dialogue avec les forcesVoir plus

  • mohamed hanefi (H)20/02/2016 12:15X

    E .O. A du bal masqué. T-z de l’art simiesque, enfin Djiguène-go-vich. Accorde-moi la paix. Ou bien je vais appliquer l’une des recommandations d’Allah qui te font mal aux oreillesVoir plus

  • Gorkovitch (H)20/02/2016 11:46X

    @@@@hanefi! Notre professeur agrégé en “ès clivageologie” & “extégristologie” avec option en digression gaggiolienne tel le professeur Occultis dans la BD “Blek Le Roc”: j’aiVoir plus

  • sallabarry (H)20/02/2016 11:10X

    Et pour le docteur SAAD Ould Louleid l’erreur est humaine c’est un grand intellectuel qui a fait équipe avec une bande assoiffè de chasseurs de prime qui exploite l’esclavage commeVoir plus

  • sallabarry (H)20/02/2016 11:04X

    Hanefi tu es un grand homme un sage parmi les sages un pieu parmi les pieux et je suis sure que tu verras les serviteurs de Satan te critiquer ici parce que tu parle de religion etVoir plus

  • lemlekchi (H)20/02/2016 10:11X

    ALLAH AKBAR tu as raison, il ya lieu de craindre la colere d Allah et seulement celle d Allah

Pour l’amour de Dieu.

February 22, 2016

 

Vivre, vieillir et se flétrir, et mourir, voilà les fins incontournables qui nous attendent au bout du rouleau.

Quand Dieu a ordonné la recherche de la subsistance, Il a dit “marchez dans tous ses confins et consommez Ses produits”67-15.

Quand Il a invité à Sa de miséricorde, Il a dit: “Hâtez-vous d’agir pour bénéficier du Pardon de votre Seigneur.” 3-133.

Mais quand Il a mis en garde contre les dangers sérieux de la perdition, Allah a dit “Fuyez vers Allah, je vous livre de Lui, un avertissement clair.” 51-50. Cette dernière Aya de la Soura “Adh-dhariyat”(Les rafales de vent), rien que par son nom fait trembler les doués de raison. Car les rafales de cette époque ne charrient plus les grains de sables ou les poussières, mais les cargaisons de vies humaines.

Nous sommes à une époque et à un stade ou il fait bon rappeler cette évidence : “Dieu existe et Son jugement est inévitable.”

Les malheureux changements qui ont affecté l’humanité en ce siècle, et qui avaient été prédits dans les prophéties de l’envoyé (psl), sont en fait les fruits murs, amers et insalubres du comportement des hommes. La plupart de nos conflits ont été la suite logique des effets et des influences de mauvaises volontés actives, qui ne voyaient que l’intérêt strictement personnel et égoïste du moment. Ceux qui cultivant les profits on fait germer la haine.

Souvent quand un peuple n’est pas assez mûr pour contrôler les circonstances, alors ce sont les circonstances qui le contrôlent et en font ce qu’elles veulent.

Un peuple agrippé au point ou les énergies, les plumes, les langues et les esprits ont comme tache factieuse de se détruire, un peuple ou toutes les valeurs humaines, religieuses, morales, politiques, sociales, culturelles, sont immolées au service de l’appât du gain et des plaisirs minables d’ici-bas, doit se lever et réfléchir. Peut-être que déjà, il n’ ya plus, assez de marge pour rectifier le tir.

Allah est le Voyant “Al Bassir”. البصير” ”

La témérité à transgresser les frontières du Seigneur des mondes, ne doit pas être une entreprise lénifiante.

Les portes fermées et les calculs de l’obscurité, sont consignés, dans des archives sures. Elles sont systématiquement comptabilisées dans une compilation incessante du clonage des  actes de l’humain. À la fin des gambades et des folies pécheresses, un seul ordre: “Lis le registre de tes actes! Aujourd’hui, tu seras seul, ton propre censeur.” 17-14.              كفى بنفسك اليوم عليك حسيبا                     أقر كتابك

Les motifs de sédition se sont multipliées au sein de ce peuple et ont proliféré à la vitesse de l’éclair. Du jour au lendemain, tout fut manipulé à la mesure du tableau sombre de l’aujourd’hui.

A l’origine, l’orgueil, l’hypocrisie, les mensonges et les égoïsmes.

De nos jours personne n’ignore que le culte du totem  tribal, du parti politique ou du gang, tout simplement, n’est qu’un subterfuge pour exploiter au moment voulu et aux fins escomptées un groupe d’individus, qui même étant de la même origine sanguine, ou adeptes de “philosophie” commune, ne sont en fait soudés que par l’intérêt matériel sonnant et trébuchant, doublé des calculs d’hégémonie sur les droits des autres. La tribu, de nos jours n’est plus cette formation de laquelle Allah a dit “Nous vous avons crées en peuples et en tribus pour que vous vous entre-connaissiez”, mais une bande organisée, surtout les jours de “moubadarats” ou de la pression des influences sur le dirigeant pour obtenir ce que souvent, elle ne mérite pas.

Le résultat est bien sur catastrophique sur le pays et surtout pour sa jeunesse, non cachetée par le sceau d’une tribu d’envergure.

On en arrive parfois à édenter le lion, pour privilégier le chacal.

L’image est ainsi matérialisée par ces postes “prêts à occuper”,et “strictement reservées” qui attendent les élus, qu’ils soient ou non à la hauteur ou à la largeur de la fonction. Tandis que de jeunes cadres, ayant les capacités de très haut niveau académique, sillonnent les rues les yeux hagards, l’esprit perdu, comptant les poteaux électriques et se demandant, sans jamais comprendre, comment ceux qui, hier encore les côtoyaient dans les écoles et les universités, ceux qui peinaient à comprendre la différence entre le jour et la nuit, se retrouvent dans les centres de décisions vitaux, pour dénaturer jusque l’avenir de cette nation.

Ils deviennent ainsi esclaves de la révolte intérieure de la rancœur et du désespoir. En un mot les trois ingrédients naturels qui produisent les bandits, les terroristes, les opposants, les ennemis de leur pays, extrémistes etc.… ils représentent le plus mauvais investissement volontaire pour le développement et la sécurité du pays.

Leur situation, pourtant devait interpeller les consciences des doués de raison et de patriotisme parmi les dirigeants. Car, comme je l’ai dit une fois, un bonheur non partagé est sujet à de graves secousses sociales.

Combien le prix de portes de certaines villas, peut-il restaurer d’écoles en délabrement avancé ou créer de petits emplois pour vacciner des jeunes des trois grands maux cités par Voltaire: l’ennui, le vice et le besoin? On il faut y ajouter la criminalité.

C’est ça la gabegie manifeste, pour ceux qui la cherchent.

Les autres esclaves, les esclaves traditionnels, eux, ne demandent qu’une chose: l’égalité dans la citoyenneté et la dignité. Ceci de la bouche même de Boubacar ould Messoud, leur porte-parole.

Comment peut-on revendiquer une dignité dans un pays qui se déclare à 100% musulman? Allah a honoré les fils d’Adam et en a fait ses vicaires sur terre. Comment un humain peut-il décider autrement et négocier ce qui a été établi par Dieu. Rien ne fait plus mal à la religion que de s’en servir pour justifier l’irrationnel.

L’orgueil a exclu Satan de la miséricorde divine et l’a affligé de la malédiction pour l’éternité.

rien ne faiblit un dirigeant, plus que les frustrations et les injustices. “إِنَّ اللَّهَ يَأْمُرُ بِالْعَدْلِ ” (Allah ordonne la justice).

Et rien ne détruit un pays de façon plus fulgurante que les querelles intestines.

Nous devons savoir que la dignité d’un peuple est une et indivisible. Si nous considérons l’honneur national en nombres, la frustration, le dédain ou le mépris de chaque citoyen constitue une unité en moins et donc une intégrité incomplète et une fierté handicapée, douloureuse et injuste.

Ceci est aussi l’une des tares de notre esprit d’analyse. Car si le Seigneur a honoré le chien des gens de la grotte, c’est avant tout parce que cet animal était en compagnie de gens de bien, de justice, de bonne foi, de vérité et de noblesse. Une noblesse qui ne blesse personne.

“Tandis que leur chien est à l’entrée, pattes étendues.”18-18

وَكَلْبُهُم بَاسِطٌ ذِرَاعَيْهِ بِالْوَصِيدِ

Quel honneur et quelle dignité!! Un chien cité dans le livre saint, par le Glorieux, le Très haut, Le Tout Puissant, parce qu’en compagnie de grandes âmes, de gens de bien et de foi. Tout l’entourage des gens de vertu est forcément honorable. Combien de grands hommes ayant vécu dans l’unicité de Dieu, auraient aimé être cités dans le coran et n’ont pas eu cette distinction?

Ceci doit interpeler les savants. Les savants ont été élevés à de hauts grades par Allah. Leur récompense est auprès de Lui, et non dans les cours des princes. Nous leur devons respect et vénération, mais ils ne doivent jamais plier aux tentations ou aux injustices d’ici bas.

Ce qui émane du pays aujourd’hui est une peur à facettes multiples. Peur de la nuit, du jour, du lendemain du voisin de tout. Quand les gens ont peur, ils reculent et sortent leur mauvais caractère. En fait ce sont les langues qui mènent le combat, car les langues sont la partie apparente de l’iceberg des âmes. Entre ceux qui vivent une vie illusoire, et ceux qui flanchent sous le spectre du désespoir, le fossé se creuse chaque jour un peu plus. Pourtant il s’agit d’une seule et même famille condamnée à résoudre tôt ou tard ses différents ou se consumer dans les feux de la dissension. Ce terme flou qu’on appelle “bien-être” fait courir tout le monde. Les hommes en ont perdu les contours et ont conclu qu’il fallait éteindre l’autre pour briller. Ils sont devenus comme des ampoules qui de 20 à 40 à 100 volts, veulent toujours se gonfler d’ampérage et d’énergie au point d’éclater. La satiété et la sobriété ont été troquées par la boulimie, la cupidité. un harakiri national en toute inconscience.

D’autres parcourent les coins et les recoins de la planète pour se plaindre et calomnier le pays. Des accusations qui rappelle le rapport proposé par Cheiboub à sa “bien-aimée” : “Je te crève un œil et tu me crève un œil et nous vivons borgnes.”

Pourtant la fin inévitable dans une tombe, ne justifie pas toutes démonstrations de détestable haine.

Les crimes jusque là inconnus de la société, firent une apparition écœurante et horrible et prédisent le pire. (Laqaddara-llah)

Loin de moi l’idée de grossir les rangs de cette sixième colonne, qui foisonne sur les réseaux sociaux pour noircir le visage du pays, mais je voudrais que nous nous regardions en face et que nous nous corrigions par nous-mêmes, sans nous soumettre aux  ingérences extérieures.

Quand nous recevons par exemple le respectable rapporteur de l’ONU contre les tortures Juan Ernest Mendes et que sa visite soit interprétée aux guises de ceux qui veulent en faire une apologie ou un blâme pour le pays, je me demande ou sont les recommandations d’Allah. Les avons-nous mis de coté ou oubliées, pour que d’autres, d’autres confessions viennent nous rappeler nos valeurs et nous rappeler à l’ordre?

Pourquoi la Mauritanie ne prend t-elle pas au sérieux ses problèmes et les règle en priorité et une fois pour toutes?

Pourquoi une certaine nouvelle espèce d’homme se spécialise t-elle dans la banalisation de graves anomalies qui freinent notre avancée nationale vers la fraternité, le progrès, le développement et la prospérité de nos citoyens? Ne sommes nous pas les premiers concernés par le devoir de veiller sur l’honneur, la dignité et la cohésion de notre peuple?

Je ne veux nullement diminuer les efforts louables du président Mohamed ould Abd Al Aziz, ni ceux des hommes de bonne volonté qui régissent les dossiers des citoyens de ce pays ou qui s’en soucient, mais je me pose la question de pourquoi nos problèmes ne connaissent-ils pas de fin? Devons-nous vraiment opter pour le calmant au lieu de l’antidote?

N’avez-vous pas vu que par la Sagesse divine et les lois cosmiques, les tempêtes se calment, les nuages noirs se dissipent, les vents violent stoppent leur fureur, les nuits obscures prennent fin et laissent pointer l’aube ?

Les abeilles qui se coalisent en essaim pour défendre leur ruche, les oiseaux qui feignent la blessure pour attirer le prédateur loin de leurs oisillons, les fauves qui s’organisent en hordes serrées pour défendre leur territoire, seraient-ils plus intelligent que nous?

Hélas!! Quand les cerveaux prennent les ventres et les poches pour conseillers, les volontés planent à basse altitude et les valeurs s’écrasent inévitablement au sol.

Si ce territoire pouvait verser des larmes, la Mauritanie et non seulement Nouakchott, serait depuis longtemps ensevelie sous les flots.

Combien j’aurais aimé voir des foules de cadres maures rallier le parti des FPC de Samba Thiam, partager les soucis de leurs frères, vivre leurs bonheurs et leurs tristesse développer leurs villages et leurs villes, passer avec eux les vacances et les congés, boire ensemble le lait de vaches, manger avec eux le tiakri et le latchiri et kossam.

Et combien il serait rafraichissant pour les cœurs de voir nos citoyens de la vallée, célébrer les festivals de villes anciennes avec leurs frères maures, manger les dattes et la viande grillée, remplir les oueds et les palmeraies par le chant sacré d’une fraternité qui ne cache pas de pièges.

Comment il serait magnanime et noble, que le président Aziz ouvre lui-même la porte de la prison, à Biram ould Dah et son codétenu leur disant : “Excusez moi mes frères, le pays a besoin de la conjugaison de nos efforts pour exister.”

Il est absolument vital de comprendre, accepter et respecter l’autre, tel qu’il est et tel que Dieu a voulu qu’il soit.

Vivre ensemble dans la paix. Et aux jours de menaces, regarder ensemble dans la même direction et faire face au danger commun. Défendre un pays auquel, tous croient et dans lequel tous voient la seule place au monde ou ils peuvent marcher la tête haute le front brillant de fierté et le torse bombé d’orgueil de dignité et de grandeur. Voilà la vraie unité nationale.

Seul Allah décide et facilite les choses. Et Seul Lui peut traire les mamelles de Sa miséricorde entre les cœurs et guider les âmes perdues.

Mohamed Hanefi. Koweït.