Archive for November, 2014

Féodaux et fées aux dalles.

November 17, 2014

Dieu m’est témoin, mes propos ne sont contre personne.
La noblesse chez nous est une distinction gratuite, parfois imméritée.la vraie noblesse a ses signes et ses comportement. La noblesse n’est pas un titre, mais un style à principes, un code de vie et de mort aussi.
Ce qui se dit doit faire un effort pour s’accorder avec ce qui se fait et s’entend.
J’ai déposé ma femme, totalement mauresque, âgée alors de 17 ans avec ma mère, totalement peule, au bord de la Chamama en 1984.
Je n’ai pas grandi dans la région, mon père n’ayant jamais accepté que j’y vive. J’ai compris plus tard pourquoi.
Encore enivré par la prétention et l’idéalisme de la jeunesse, je pensai que j’allais changer les conditions extrêmement précaires de ces démunis. Force est de constater aujourd’hui que ma prétention avait dépassé les bornes de ses limites.
Mais je suis fier de moi, quand même; de mon épouse et de mes enfants. Nous avons fait ce qui était en notre pouvoir.
Je me permets donc de me tapoter l’épaule et de dire, comme disait une ancienne amie canadienne: “Je me félicite.”
Je me demande ce qui a empêché le président Mohamed ould abd el Aziz de confier le projet “Tadamoun” à Biram ould Dah ould Abeid. Comme je ne cesse de m’interroger depuis ces 30 ans, sur ce que veut la Mauritanie et pourquoi elle entretient les conditions et les ingrédients de sa perte et de sa dislocation.
Dans cette région de la Chamama, nous avons les populations les plus laborieuses, les plus courageuse et les plus intègres. Pourquoi le pays n’en profite pas?
La féodalité est dominante ici. Cette allégeance religieuse prend l’allure d’un troupeau manipulé religieusement, économiquement et socialement.
C’est un système. C’est Le Système. Tous nos problèmes ici, se transforment en système ou en parti politique. D’ailleurs parmi les familles dominantes ici, j’ai rencontré beaucoup qui sont humain et responsables. Pas tous. Tout le monde ne peut être sous la même étiquette.
Invoquer ces graves dépassement ne rime à rien et constitue juste un mauvais acte, en cette période ou notre devoir est de verser l’eau et non l’huile sur le feu. (Allah éloigne les incendies de notre maison)
J’ai été temoin de beaucoup de choses qui à mon avis n’étaient pas digne de la dignité légendaire de notre pays. Ce n’était pas “épais”, comme on dit en Hassanya pour les choses pas très nobles. J’ai gardé beaucoup de documents d’histoires, de témoignages en photos ou en vidéos, que je conserverai dans un sarcophage, par amateurisme, et non pour preuves. Car, moi j’ai honte de ce qui fait honte a ma société. Beaucoup d’ONG, des amis de différents pays, témoigneront de cette terrible période, dont je refuse de parler.
Biram n’a fait que soulever la poussière, que nous devons secouer pour en débarrasser notre image nationale.
Personnellement je suis contre la façon intempestive et violente avec laquelle s’expriment les militants d’IRA. Elle ne fait pas partie de notre culture, fondée sur la politesse. Mais je les comprends. Nous devons les comprendre dans la mesure et seulement dans la mesure ou ils luttent pour soigner un déséquilibre national qui nous menace et qui les écrase.
Pourquoi ne pas leur confier la tache de remettre ces Adwabas sur les rails du pays et au diapason du monde?
Ces adwabas ne seront redressés vraiment que par leur sang, leurs fils. Les autres l’auraient fait depuis longtemps. Il ne l’ont pas fait. Quelqu’un disait l’autre soir sur la chaine Essahel que dans chaque Edebaye il y a un dispensaire, une école,.. wallahi il doit dire estaqviroullah, avant que Dieu ne le prenne par ses paroles. Seulement dans le lieu que je connais, les enfants de 5 ou 6 Edebaye font jusqu’à plus de 15 kms par jour pour aller a l’école. Et jamais un n’en est sorti avec un diplôme ou une fonction. Et beaucoup d’autres choses!!!
Le gouvernement n’a qu’une vue topographique aérienne, du problème, assaisonnée de quelques rapports souvent falsifiés et de mauvaise foi. Personne ne peut nier que le gouvernement actuel déploie des efforts. Mais ou vont-ils ces effort? Là est la question.
Il ne faut pas que comme devant la présidence à Nouakchott, il y ait éternellement ces rassemblements pitoyables qui viennent quémander un regard de compassion du chef.
La Mauritanie doit grandir et se faire plus de confiance dans une volonté collective de se développer et de bâtir ensemble une nation, comme disait Moctar ould Daddah, qu’Allah lui accorde sa miséricorde et son Paradis.
Il y-a toi le responsable. Qu’est ce que tu fais? Qu’est ce que tu as fait? As-tu conscience des conséquences de ton inaction? Tu es responsable de ceux qui souffrent de ceux qui continuent de souffrir de ceux qui ont éternellement souffert dans ce pays.
Qui es tu??? Je ne sais pas. Tu t’appelle l’intérieur, le gouvernorat, la présidence, la sureté. Je ne sais pas. Ce qui est sur, c’est que vu le tableau actuel qui continue a dominer et caractériser le ciel de cette terre, un responsable quelque part ne s’est pas acquitté de ses responsabilité. Ce peuple n’est pas un gâteau, mais une responsabilité qu’il faut assumer.
Peut être que certain ont plus peur d’un président, d’un roi ou d’un prince, que de Dieu. ils s’aplatissent à toute occasion pour louer le chef et se font plus téméraires devant les interdits de Dieu. On verra.
Peut être que certain, ne se rassasiant jamais des considérations et des privilèges d’une domination éhontée, continuent à tisser des toiles d’araignée, pour perpétuer les torts du passé. Ceci est grave. C’est un défi à Allah. Faire un tort est une faute. Exceller dans le tort et perfectionner le faux, est une abomination. Personne n’a droit de conserver des êtres dans l’ignorance pour les exploiter.
Je respecte tous les cheikhs et les cheikhesses, les féodaux et les fées aux dalles de Mauritanie et d’ailleurs; mais de grâce, acceptez que ce qui n’a pas été donné au prophète (psl), ne peut vous être accordé. De grâce dites aux gens que vous ne pouvez pas dormir à Nouakchott et prier à la Mecque. Que vous ne savez pas les secrets du mystère, car Allah a dit: “Le connaisseur de l’invisible. Ce qu’Il a d’invisible, Il ne le fait paraitre a personne.”.
Comment peut on affirmer le contraire de ce qu’Allah a affirmé? C’est très grave!!
Etre grand c’est tout d’abord s’entourer de gens qui se sentent grands et non pas naniser des populations pour être grand au milieu de rien. Il vaut mieux être important dans un groupe humain qu’être extraordinaire au sein d’un troupeau qui ne sait même pas les règles fondamentales de sa prière.
Ce ne sont pas vos fautes. Ce sont les responsabilités d’une autre époque. De grâce déliez les esprits enchainés par ces charlataneries, qui j’espère sont originaires d’un autre pays que le notre.
Les esprits se sont réveillés. Sabah al khair! Ouvrons d’autres pages, sans regarder vers le coté hideux et mécréant du passé.
Comme a fait mon épouse, Dieu l’en récompense, allez servir les anciens serfs, prodiguez leur les soins, servez leur les repas, enseignez leur la liberté, la noblesse d’être mauritanien, pas esclave. Aimez-les pour leur montrer que dans vos poitrines, il y a un cœur qui bat et une foi qui unit. La couleur n’a d’importance que dans la mesure ou elle embellit notre arc en ciel.
Pour les “Ira-iens”. Un mot : “Ne brusquez pas le pays. Donnez un temps au changement. Quand on veut trop vite redresser un corps trop sec, sans lui donner le temps de s’humidifier, pour s’étendre, on le casse.”
Allez à l’intérêt supérieur du peuple mauritanien et tout le monde IRA avec vous. Ce que vous dénoncez et combattez est un autre état d’une autre époque. Les reliques de résistance qu’il présente sont les soubresauts d’un système qui contrairement à ce qui l’entoure ignore que son système a cassé ses engrenages à tout jamais.
Mohamed Hanefi. Koweit.

R’IRA tout le monde ou ne rira personne.

November 13, 2014

IRA est en prison. Certain jubilent. C’est la fin d’un mal, ou au moins sa maitrise.
Nous devons être plus intelligents et essayer de voir plus loin que les bouts de nos nez.
Garantir la sécurité d’un peuple, c’est d’abord définir et défendre ses droits.
Le grand savant Avicenne a dit: “Quand la tumeur est cachée, la cure devient plus difficile, et survient inévitablement la mort.”
IRA à la surface, vaut mieux qu’IRA au fond des abysses, dans le noir de l’anonymat.
Les harratins sont les dignes fils de ce pays. Ils sont braves affables, bons, travailleurs et honnêtes. Aussi bien ceux qui sont représentés par l’IRA que ceux qui sont représentées par d’autres formations, ou qui ne sont représentées par personne. Cette dernière catégorie est la plus nombreuse et celle sur laquelle l’influence de ces tiraillements renégats fait le plus d’effets. Subitement on leur signifient qu’ils étaient des parias d’une société, en laquelle ils croyaient plus que tout et qui les a exploités de façon traitresse pendant des siècles.
C’est une grave scission que les militants d’IRA aussi bien que certain maures militants du racisme, ont et sont en train d’opérer dans cette société.
Quand on se sent marginalisé par une société, on ne se sent pas concerné par son unité ou sa dislocation.
En fait, tous ces “militants” de gauche et de droite ne militent que pour des intérêts bien étriqués et biens égoïstes. Je parle aussi bien d’IRA, qui a usé de beaucoup de violence dans le verbe, au point de donner une bien piètre image de l’image même de cet exploité eternel qu’on nomme Harratin, que de ceux qui maures, pensent qu’ils sont plus fins et plus nobles que les autres et passent le temps sur les pages du web a caricaturer le noir esclave avec des chaines au cou et qui n’a de place que sous les pieds de son blanc, son “arbi”. Comme si le “arbi” avait plus de mérite que les autres que par sa foi, son humanité et sa droiture vis-à-vis de Dieu et des hommes.
Le prophète mohamed (psl) a bien précisé que “Pas de supériorité pour l’arabe sur le non arabe, ni du blanc sur le noir ou du noir sur le blanc ou le rouge que par la piété.”
Nous étions racistes et j’espère que nous ne le sommes plus. Ou du moins que nous sommes en sérieuse convalescence de ce mal ignoble et répugnant. Espérons le du plus profond de nos cœurs et de nos âmes. Ne sommes nous pas allés jusqu’à nommer Dieu “arbiye”, (mon arabe)? Et la main droite “eyd arbiye” la main arabe? Ceci ne se trouve qu’en Mauritanie. Tous les autres arabes disent autre chose. C’est tout simplement de l’extravagance inutile.
Le plus grave reste la position du gouvernement qui ne veut pas prendre “VRAIMENT” la peine de statuer sur les situations une fois pour toutes. Un gouvernement est fait pour prendre des décisions rapides fortes justes et sans appel dans ce genre de situations.
A supposer que Biram ould Abeid était parti dans la Chamama pour semer la zizanie et attiser les haines raciales, pourquoi lui avoir laissé depuis, avant sa naissance, cette opportunité pourrie par les décennies de déclencher les conflits? Pourquoi on ne veut pas trouver des solutions a ces problèmes? Il faut bien reconnaitre que quelque part quelque chose ne va pas!!
A supposer que l’IRA revendique l’émancipation des harratins, pourquoi l’action de l’état garant des droits et des libertés ne dépasse t elle pas celle de l’IRA?
Nous avons deux monstres qui sèment la terreur dans notre société et qui portent préjudice également aux maures et aux noirs : le monstre politique et le démon de l’ethnocentrisme. Ce sont deux cancers qui s’imposent a nous, sans nous demander notre avis, ni notre consentement. Le devoir du dirigeant est d’y faire face “Sérieusement” dans le respect franc et sincère des droits des citoyens et de la préservation de leur intégrité, de leur dignité et de leurs droits, mais aussi avec la fermeté inébranlable de corriger les erreurs du passé, tout en cultivant de nouvelles valeurs qui auraient pour nom: la citoyenneté, la fraternité nationale, et la cohésion sociale. En toute honnêteté…en toute franchise…en toute clarté. Ce qui tue notre société c’est que nous disons une chose et faisons une autre. Ce qui nous jettent les uns sur les autres, c’est que nous ne faisons aucun effort sérieux de rapprochement entre les points de vue. Chacun veut sauter par dessus une fosse virtuelle avant de la voir et craint par conséquent de tomber dans ce qui n’existe que dans son imagination malade.
Est il concevable qu’après 54 ans d’indépendance nous continuons a parler d’esclavage, de servage foncier de clivages sociaux tribaux etc.?
Si l’état qui est le premier garant des droits des citoyens, s’en soucie comme de sa première chaussette, ou est le secours???
La Mauritanie pourra t elle survivre avec un tel lot de pannes accrochés a son châssis?
Soyez intelligents! Que laissez vous a vos enfants? La rancune et la haine? Est-ce vraiment une sage décision de fermer les yeux et de penser qu’on est des surhommes jusqu’au jour ou on se retrouve devant l’amas historique de péchés que vous avez sciemment cultivés et desquels vous mangerez tôt ou tard les fruits?
Il n’y a pas de divisions au sein des populations. Les divisions ce sont les malhonnêtetés de ses intellectuels, de ses politiques, de ses religieux, de ses représentants partout, qui ne voient en ces populations qu’une matière première bonne a tout donner et corvéable et malléable a merci.
Le peuple est malade de son élite. Qu’elle soit civile ou militaire, l’élite mauritanienne traite les problèmes du pays en fonction de ses intérêts étroits et non en fonction de l’avenir de tout un peuple, qui a longtemps souffert d’avoir été la nourriture de tout le monde et le soucis de personne.
Certain pensent que Flam, El Hor ou Ira ou autre sont simplement des chancres a sectionner et en finir une fois pour toutes. Je pense que c’est une lourde erreur. Ce ne sont que les parties visibles d’un iceberg que nous ne voulons pas voir. Les expressions “contactables” de tourments qui sommeillent sournoisement dans notre corps social et que nous devons traiter en profondeur pour notre avenir et celui de nos enfants.
Tous les enfants de la Mauritanie sont soit bons et il faut les aider à le rester, ou mauvais et il s’agit de les confondre directement, en public.
Dans ce pays je pense que tout le monde rira bien ou personne ne rira le dernier.
Mohamed Hanefi. Koweït.

L’Islam n’est ni exclusion, ni exclusivité

November 10, 2014

Au retour au livre sacré, force est d’accepter que l’Islam n’est ni exclusion ni exclusivité
Islam pour qui et contre qui?

A ce stade d’une confusion qui sème le doute, la zizanie et la haine au sein de notre communauté religieuse, force est de réfléchir sur ce méli-mélo d’autorités autoproclamées au milieu desquelles on cherche de bonne ou de mauvaise foi a faire jouer un rôle flou et déséquilibré a la religion islamique.
.
Les partisans d’IRA qui se sont affronté par la parole avec l’imam Cheikh Ahmedou o Lemrabott avaient commis une grande erreur. Une erreur plus grave encore était celle de distiller dans toutes les interventions pro-ira que la religion islamique favorise une “classe de maures” etc.
L’islam n’appartient à personne et ne “favorise” personne au détriment de personne. A priori; Ceux qui l’ont “nationalisé”, pour en faire un bien personnel se sont saisi d’un bien commun et n’ont ni le droit de l’instrumentaliser à des fins tribalistes, racistes, esclavagistes ou autre, ni de se l’accaparer comment bien propre ou gourdin pour assommer les réticences à leurs désirs. C’est une trahison manifeste de la parole de Dieu et une usurpation claire et limpide de la justice divine, qui a établi l’égalité entre les fidèles et ne donne de supériorité que par la force de la foi.
Je ne pense, d’ailleurs pas qu’un seul de nos hommes de Dieu sensé et averti ne peut raisonner de la sorte.
La vérité est que des groupes champignons veulent se former et pousser sur le corps de la religion pour se doter d’une base solide et fiable en vue de visées diverses et qui n’ont rien à voir avec la religion, proprement interprétée et comprise.
Nous n’avons jamais été constitués en groupes religieux antagonistes. Certes il y avait les tribus, les ethnies, mais jamais ces regroupements humains n’ont atteint ce haut degré de menaces que constituent ces ilots spirituels et politiques qui défrayent la chronique dans notre pays. En ces jours de confusion; et qui s’imposent a nos vies, nos consciences, nos enfants, notre économie notre sécurité, notre prière, notre veille et notre sommeil, nous sommes dans la nécessité absolue de méditer sur ce qui nous arrive.
La sagesse ultime serait de ne joindre aucun groupe ou groupuscule.
Vous ne pouvez imaginer ce qui roule et se déroule dans le cerveau d’un désespéré, d’un malade mental ou d’un fou du pouvoir.
Initier ou encourager ces voies risque de plonger le pays dans des situations dramatiques auxquelles on ne s’attendait pas et aux conséquences désastreuses.
Je vois des manipulations tenaces, pour nous pousser dans les camps des “antisémites” ou “anti-autre chose.”
Nous ne sommes “anti” rien du tout.
Les vendeurs de rêves peuvent mener très loin. Ils perdent et ont perdu beaucoup de gens.
La Mauritanie a longtemps vécu dans le juste milieu. Son peuple a toujours adoré Dieu, sans déranger la quiétude sociale, ni offusquer les hommes, qu’ils soient croyants ou non. La religion la vraie consiste à garder ses rapports avec le Seigneur, entre soi et le Seigneur. Ceux qui ont étalé leur foi en public l’ont fait avec mauvaise foi. Allah n’aime pas les ardeurs ostentatoires. Et il l’a dit, s’adressant aux hypocrites dans la sourate Ennissa : ” Oui les hypocrites cherchent à tromper Dieu quand c’est Lui qui les trompe.”
Au contraire notre vie a toujours été rythmé par les préceptes d’un islam modéré et paisible, dont les dogmes coulent dans les veines de chacun d’entre nous et dont les rayonnements illuminent nos chemins sans jamais causer de tort ou de préjudice à personne.
L’esclavage est un autre problème. Un problème universel. Et si certain mauritaniens ont profité de l’accès qu’Allah leur fit au fleuve du savoir pour déphaser l’équilibre qu’Allah a instauré entre les fidèles, ceci n’engagent qu’eux. Et pour sur ils en rendront des comptes à l’Omniscient. “Allah donne des délais, mais ne néglige jamais.”
Il existe des gens désignés depuis des siècles dans le livre et desquels Allah dit : ” Et parmi les gens, il y en a dont la parole dans ce monde ci te plait. Et il prend Dieu à témoin de ce qu’il a dans le cœur. Tandis que c’est le plus invétéré des querelleurs. Et dès qu’il tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Allah n’aime pas le désordre.” La Vache.204-205.
Ce n’est ni un phénomène “typiquement” maure, ni “typiquement noir”. C’est un délit de falsification, prévu par la justice divine et punit par elle.
Des centaines de milliers de maures ont été exploités jusqu’à l’os par ces interprétations religieuses. Des explications plus qu’intéressées, souvent erronées. Des centaines de milliers d’autres maures croupissent aujourd’hui dans les affres de la famine, de l’exclusion et le désespoir total. Ils sont esclaves d’un ordre établi et personne ne “lutte” pour leur libération ou pour “alléger” les séquelles de leur esclavage.
La question n’est pas donc une question d’ethnie tyrannique, qui se veut supérieure en mettant à l’avant le privilège de naissance, mais bien une question de profit pur et simple. De vantardise humaine, pour que celui qui est, décide et écrase celui n’est pas. Que celui qui a empêche celui qui n’a pas d’avoir.
Le plus grave est quand celui qui sait, constitue un rideau opaque entre les créatures et les paroles du Créateur.
L’un des hadiths du prophète (psl), dit que ce dernier viendra le jour de la rétribution avec un mors de feu dans la bouche.
Si certain savants se sont érigés en senseurs de l’humanité et se sont donné le rôle d’arbitres pour faire rouler la vie dans le sens qui leur plait et qui leur parait le meilleur, une autre catégorie d’individus, non moins fautive a choisi de faire de la religion un clou de Jouha, pour y accrocher toutes les saletés de ses fantasmes “révolutionnaires”. A tel point que le non averti penserait que tous les problèmes de ce pays sont générés par la religion.
Je sais d’avance que je recevrai les coups des deux parties. Tant pis.
La religion n’oppresse personne, ne tyrannise personne. C’est une guidée de Dieu qui a dit dans le coran: “La vérité est de Ton Seigneur. Celui qui veut croire et celui qui veut ne pas croire.”. Y-a-t-il liberté plus grande?
L’islam ne s’impose a quiconque et ne veut du mal pour quiconque. Il est venu résoudre certaines des petites misères devant lesquelles nous sommes impuissants et perdus.
Nos vénérables savants doivent rendosser leurs mentaux de piété de sobriété devant les tentations trompeuses du monde et le respect profond que leur voue l’ensemble de cette communauté.
Ils ne doivent en aucun cas entrer en polémique avec quiconque. Car ils savent que parmi les élus de Dieu il y en a qui quand ils sont interpellés par les ignorants, disent “Salam”. Paix. Ils ne doivent point aller au-delà de ce seuil
Ils doivent savoir que leur rôle fondamental, celui par la preuve duquel ils peuvent se prétendre héritiers des prophètes, c’est d’enseigner par la sagesse et la bonne parole. Etre les apôtres du bien et non les détonateurs du mal. Ils sont et doivent être beaucoup plus saints que cela.
Ils doivent penser à la place des gens, voir leurs conditions, analyser leurs problèmes comprendre leur anxiété déchiffrer leurs mentalités, et leurs inquiétude, avant de leur tendre la main pour les sortir de leur peur et de leur colère. C’est ainsi que doit être un savant.
Si le prophète (psl) a dit: “Celui qui croit en Allah et au jour de la résurrection doit dire le bien ou se taire.”, ceci ne peut vouloir dire qu’une chose: “De la bouche du savant, il ne peut sortir qu’un bien.”
Les forces qui s’affrontent depuis quelques vendredis en plein air et à ciel ouvert sur les ondes, ne représentent pas le commun des mauritaniens, mais bien deux tendances intéressées et dangereuses, qui présentent des réalités qui ne représentent pas notre réalité.
Ceux qui confondent la volonté de Dieu avec la leur propre; qui veulent placer les autres sous leur dictat, et ceux qui veulent ternir l’image de la religion en la trainant dans les sillages de la saleté des hommes.
La religion islamique respecte l’être humain, plus que les anges. Allah a ordonné aux anges de se prosterner devant le grand père des hommes Adam. De tous les hommes.
Vouloir humilier des humains au nom de cette noble religion, venue pour les honorer est une trahison du message divin.
Je vois sur facebook que beaucoup tiennent à justifier l’esclavage par la religion en invoquant par exemple l’Aya qui dit: “Le noble par le noble et l’esclave par l’esclave.” Ces “érudits du dimanche” n’ont absolument rien compris au livre.
L’islam est fondamentalement contre l’esclavage et contre l’exploitation de l’homme par l’homme. Il prône la liberté, la dignité et le respect de toute âme.
De l’autre cote des extrêmes, ceux qui athées ou autre qui s’attaquent a cette religion, qui a apporté et continue d’apporter les solutions les plus efficaces a toutes les misères et a tous les malheurs qui secouent la planète, font un très sale travail.
Ils essayent de déraciner le bien pour planter le mal et d’incinérer la morale et la vertu pour propager la malversation et la turpitude. Et quel mauvais apport a l’équilibre humain.
Quand on déploie tant d’acharnement à détruire un équilibre, on doit au moins réfléchir a quoi on va mettre a sa place.
Avec les religions et freinés par la crainte du jour de la rétribution, les hommes ont fait tout ce mal a la surface de la terre, qu’en serait il le jour ou ils ne craindront plus rien? Ils regretteront d’avoir existé simplement.

Mohamed Hanefi. Koweït.